Mes lectures

Chronique littéraire #3 – Les voyages forment la jeunesse

Bonjour à tous,

 

Aujourd’hui je reviens vers vous avec une nouvelle chronique littéraire ! Que voulez-vous, en ce moment j’ai vraiment repris goût à la lecture, ça se sent et ça fait du bien de pouvoir voyager à travers un bon livre.

Cette fois encore je vais vous parler d’une nouvelle que j’ai reçue en version numérique. Merci à l’auteure pour sa confiance.

 

 

59065big

Titre : Les voyages forment la jeunesse

Auteur : Gracieuse Robert

Nouvelle

71 pages

Auto-édition

 

 

 

 

Résumé :

 

            « On est partis depuis hier. Pas un mot ou presque dans le car. Sauf pour choisir sa place. Et comme d’habitude, il n’a pas écouté ce que j’ai dit. Je l’ai suivi. Je me suis assise près de lui pour avoir une paix relative. On ne va pas commencer à se disputer dès le premier jour, sinon, merci pour le reste des vacances. Mais j’ai pris le côté du passage, comme ça au moins, je pourrais parler aux autres s’il continue comme ça. Histoire de ne pas avoir l’impression d’être en voyage seule, vu nos longs dialogues de ces dernières semaines.  » Agathe démarre son voyage avec son mari avec des craintes mêlées d’angoisse. Seront-elles justifiées ? Comment vont se dérouler leurs vacances ?

Mon avis :

 

            Nous partons donc en vacances, en Italie, aux côtés d’Agathe et de son mari, Jérôme. Leur couple ne va très fort, et pour Agathe c’est un peu le voyage de la dernière chance. Ils prendraient du temps pour tous les deux, loin de leurs enfants. Parce que notre héroïne principale n’en peux plus de cette vie bien rangée, de voir son mari affalé devant la télé quand elle rentre du travail, et de s’occuper en plus des enfants. Vous l’aurez bien compris, Agathe en a comme qui dirait marre d’être considérée comme une bonne. Elle souhaite retrouver la passion qui l’animait à son mari. Elle a donc décidé de faire ce voyage organisé. Elle fera la rencontre de Giulia une retraitée italienne, croyante, et bavarde, aux idées assez préconçues, accompagné d’une partie de sa famille. On trouve aussi Jérémy, le globe-trotteur du groupe, qui a la réputation d’être un sacré coureur-de-jupon.  Agathe compte bien en profiter, que ce soit avec ou sans son mari.

Cette idée de voyage arrangé me plaisait beaucoup. Avec le nombre de personnages présents, cette virée en Italie serait des plus plaisantes. Pourtant je suis ressortie assez mitigée de ma lecture … Cette nouvelle, relativement courte, mériterait qu’on pousse le sujet encore plus loin. Je m’attentai à être transporté dans les belles rues d’Italie, rêvant des mille et une merveilles que regorge le pays. Il manque peut-être un peu de description, pour être transporté dans ce voyage. Le passage d’une ville à une autre était sans doute un peu trop rapide pour moi.

Mais ce n’est pas le plus important, pour moi, certains personnages manquent de psychologie. Quelques-uns apparaissent, sans qu’on les connaisse vraiment. J’ai besoin d’en savoir plus, sans détrôner Agathe, bien sûr, qui reste quand même le personnage central de cette histoire. J’ai eu du mal à m’attacher à Agathe ou Giulia, l’une ne m’a pas vraiment donné l’impression de se battre pour sauver un tant soit peu son mariage, et l’autre qui passe son temps à commérer ou à porter un jugement un peu trop simpliste sur les choses …

Pourtant l’auteure aborde de grands thèmes comme la crise au sein d’un couple, l’infidélité, ou même l’homosexualité. Je pense toutefois que ces sujets aussi importants soient-ils, méritent d’être travaillé encore plus. Je n’ai pas été bouleversé puisque que je m’attendais au dénouement final, ce que je regrette. A la fin d’une nouvelle, il doit y avoir une chute, quelque chose de surprenant, l’auteur doit nous imposer une fin (ouverte ou fermée), bonne ou mauvaise, peu importe, mais j’ai besoin d’être prise au dépourvu. De plus, j’ai envie de savoir ce qu’il advient des personnages, quitte à faire un épilogue, qui nous dévoilerait le futur, car j’ai l’impression qu’aucun d’entre eux n’a avancé que ce soit psychologiquement ou socialement, à la fin de leur voyage.

            Pour conclure, cette nouvelle aurait pu être encore plus enrichissante en poussant un peu plus les personnages dans leurs retranchements. J’ai envie qu’ils ressortent bouleversés de cette aventure. L’idée de base est relativement bonne, mais j’ai besoin de plus. Bien sûr, je ne peux qu’encourager l’auteur, qui se bat pour faire éditer son livre. Avec quelques modifications, la nouvelle serait excellente.

 

->  Vous pouvez retrouver cette histoire sur le site d’Atramenta : ici

***

J’ai aussi terminé « Avant toi » de Jojo Moyes, j’attends de voir le film pour vous en faire une petite comparaison !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

5 réflexions au sujet de « Chronique littéraire #3 – Les voyages forment la jeunesse »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s