Mes lectures

Chronique littéraire #5 – Le constat de l’éventail

Bonjour à tous,

 

            Récemment je vous avais annoncé sur ma page Facebook que le blog allait réaliser un partenariat avec la maison d’auto-édition Publishroom. Elle me propose les différentes nouveautés et les livres de mon choix en échange d’une chronique. On y trouve tous les genres littéraires : poésie, fantastique, policier, science-fiction, contemporain, nouvelles…

Une nouvelle aventure commence, et il me tarde de vous faire parvenir mes comptes rendus sur mes différentes lectures.

Merci à la marque pour leur confiance, que cette rencontre soit enrichissante !

 

 ***

J’ai commencé ma première lecture avec un recueil de poèmes intitulé « Le Constat de l’éventail » écrit par Feres Payton.

 

1507-0.jpg

Ça m’a rappelé le temps où j’étais au lycée à étudier la prose, les vers, et les rimes. Quel bonheur de pouvoir lire à nouveau de la poésie. J’ai souhaité commencé par quelque chose de léger et je n’ai absolument pas regretté ma lecture. Bien entendu il est plus difficile pour moi de vous en faire une critique, il n’y a pas de personnage principal, ni de scénario.

 

  • Le livre est séparé en deux parties : l’Eventail et le Constat

Ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est la grande diversité des thèmes abordés par l’auteur. Cela peut aller du simple objet, vers de très belles déclarations à des personnes disparues. Mais aussi, et surtout, l’auteur se fait aussi dessinateur et nous esquisse le reflet juste de notre société.

C’est aussi une ode à la vie, l’auteur est émerveillé devant la beauté de la nature. Il remercie la beauté de ce qui nous entoure. Ce sont des thèmes anciens remis au goût du jour. J’ai découvert un sublime poème sur les pyramides d’Egypte.

A côté de ça, il nous délivre une série de poèmes beaucoup plus sombres, un constat poignant de notre vie : les relations hommes/femmes, la dépression, un texte accablant sur les enfants soldats « éradiquant leurs semblables comme un infectieux syndrome ». L’univers de la mode est lui aussi critiqué. Ainsi que la maladie, la mort. Des sujets encore bien plus graves, tel que l’enlèvement, ou encore la pédophilie.

L’auteur se confie aussi à nous avec des textes plus personnels, en nous rappelant bien qu’il faut profiter des êtres qui nous sont chers avant qu’ils ne disparaissent de notre monde, et de se retrouver seul, avec des regrets. On se questionne même sur la réalité de certains poèmes, si l’auteur n’a pas déjà vécus ce genre d’évènements.

Mais j’ai surtout adhéré à la critique de notre société, politiquement, écologiquement. Un constat moderne par le biais de poèmes transpirant la dénonciation, aux rimes embrassées ou suivies. Ce recueil possède un rythme très prenant. Cet éventail de thèmes ne laissera personne indifférent, et le constat en bouleversera plus d’un. Un excellent recueil pour les amoureux de la prose !

Seul petit bémol pour moi, la classification des poèmes qui n’aurait peut être pas dû être mélangé de la sorte.

       Vous l’aurez compris j’ai été plus que ravie de découvrir cette auteur et son recueil de poèmes. Je remercie encore la maison d’auto-édition Publishroom pour cet envoi. Pour ceux que ça intéresse vous pouvez retrouver cet ouvrage en format numérique sur Amazon ou sur le site de la Fnac, ainsi que sur de Publishroom.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Enregistrer

Publicités

3 réflexions au sujet de « Chronique littéraire #5 – Le constat de l’éventail »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s