Mes lectures

Chronique littéraire #20 : Aliénor, l’origine de toutes les haines

 

            Alexia est une toute petite fille lorsqu’elle celle-ci est enlevée à ses parents, pour intégrer une prestigieuse académie : Aliénor d’Aquitaine.

La jeune enfant n’est pas la seule, ses camarades de classe ont elles aussi dû dire adieu à leurs familles pour rejoindre cet institut qui leur promet un brillant avenir. Elles reçoivent une éducation rigoureuse et des entraînements intensifs. Des activités complexes pour des enfants aussi jeunes. Alexia et ses deux amies, Jade et Clarisse soupçonnent quelque chose d’anormal et décident de mener l’enquête. Mais ont-elle vraiment envie de découvrir la vérité ?

 

41lqDZl1ZUL._SY346_
Aliénor, l’origine de toutes les haines, Aurélien Grall, 295 pages

            Effectivement les petites ne seront pas au bout de leur peine. L’Académie Aliénor est en réalité un programme qui vise à entrainer de jeunes enfants pour les transformer en arme redoutable, des espionnes destinées à manipuler, récolter des informations, combattre ou détruire ce qui dérange. Je trouvais l’idée de base relativement intéressante; un scénario digne d’un film d’espionnage débordant d’action.

La plupart du temps on se focalise sur l’éducation de ces jeunes filles au sein de l’académie. Et certains passages sont là pour nous rappeler que l’établissement n’a rien d’une école normale. C’est parfois difficile à lire puisque les personnages ne sont que des enfants qui sont souvent malmenés. L’auteur s’amuse avec notre corde sensible. C’est assez dérangeant puisqu’on y prend part en tant que lecteur, mais on a aussi l’impression de découvrir les scènes comme un « voyeur » qui assisterait à la scène. L’ambiance peut créer un certain malaise.

Les trois héroïnes mènent une enquête qui apporte d’avantage de questions que de réponses. Alexia, Jade et Clarisse devenues adolescentes, reçoivent leur première mission, et là encore il faut s’accrocher, certaines scènes peuvent déranger. (On se doute bien que ces « enfants-soldats » n’allaient pas chevaucher des licornes, mais quand même).

Les révélations tombent un peu avant la toute fin du roman, et je n’ai pas été particulièrement surprise. J’ai trouvé la fin décevante par rapport à ce que j’avais imaginé. Un retournement de situation qui aurait ébranlé le fondement de notre société. Mais finalement le pétard était mouillé. Cela n’empêche pas la fin de nous faire réfléchir sur la corruption de notre monde.

Le deuxième point qui m’a dérangé est le traitement psychologique des personnages. Par moment c’est très bien fait, on ressent pleinement la manipulation, l’endoctrinement faire son effet. Et à d’autres moments, je ne le ressens pas du tout, comme si certains passages étaient passés aux oubliettes. Les personnages sont maltraités, et pourtant cela ne se ressent qu’à peine dans leur développement personnel. J’aurai aimé en apprendre d’avantage sur nos héroïnes, un peu au cas par cas. L’alternance de chapitres entre les personnages aurait dû être d’avantage exploité.

J’ai eu un peu de mal à imaginer cet univers, certes l’action est présente et très bien décrite, mais le trop plein de noms d’armes, de missions semblables et de passages gênants a légèrement peiné ma lecture.

IMG_2296.JPG

     L’auteur maîtrise son sujet et son style d’écriture nous pique à vif. L’atmosphère qu’il a créé nous oppresse. La lecture sera peut être pénible pour les âmes les plus sensibles. Il y a de l’action à revendre, mais j’aurai préféré une psychologie plus travaillée. Une fin qui me peine un peu, puisque je l’avais imaginé plus grandiose. Mais celle-ci est plutôt réaliste, la morale finale ouvre à la réflexion. Finalement ce livre ne m’a pas totalement convaincu, c’était un roman différent de mes lectures habituelles, avec un style, peut être, un peu trop cru pour ma part. Mais il est bon de sortir de sa zone de confort. Amateurs de sensations, d’action, vous qui n’avez pas froid aux yeux, ce roman est fait pour vous.

Je remercie l’auteur pour cette découverte, et de m’avoir généreusement envoyé son manuscrit. Je lui souhaite beaucoup de bonnes choses par la suite.

 

Vous pouvez retrouver son roman au format e-book et broché sur Amazon.

Vous pouvez suivre l’auteur sur Facebook, Twitter, Instagram et sur son blog.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

2 réflexions au sujet de « Chronique littéraire #20 : Aliénor, l’origine de toutes les haines »

  1. En lisant les premières lignes d’introduction, je ne m’attendais pas à ce que l’établissement offre cette « formation  » ! Dommage que l’aspect psychologique n’a pas été plus travaillé car c’est un point très important lorsqu’on aborde de style de sujet .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s